3ème semaine de confinement : Le coronavirus COVID-19 circule sur l’ensemble du territoire français et le nombre de personnes malades augmente rapidement. Les mesures de confinement décidées par les autorités publiques sont destinées à ralentir la circulation du virus, afin d’étaler la progression de l’épidémie Covid-19 dans le temps.

L’état d’urgence sanitaire instauré le 22 mars dernier a doté le Gouvernement de moyens supplémentaires pour lutter contre l’épidémie de Covid-19 qui sévit en France et dans le monde. À présent, chacun l’aura bien compris grâce aux médias, il s’agit de ralentir la propagation du virus pour que les services hospitaliers puissent s’organiser et permettre aux personnes malades d’être soignées de manière adaptée.

Le Ministère du Travail a pris plusieurs mesures destinées à diminuer l’impact de cette crise sanitaire sur les entreprises (chômage partiel, report des charges…).

Les services de l’État mettent à votre disposition des fiches conseils rédigées par secteur d’activité ou par métier pour pouvoir poursuivre votre activité, tout en préservant la santé de vos salariés. Nous les relaierons sur cette page, au fur et à mesure de leur mise à disposition.

Les préconisations concrètes par métier ou par secteur d’activité : 

À venir : Les activités de surveillance et sécurité, les activités de propreté, les crematorium/funérarium, la distribution de carburant et chaine aval automobile (réparation/ nettoyage intérieur…), la maintenance avec risque sanitaire (plombiers, ventilation, etc.), les cuisiniers, l’aide à domicile et les services à la personne, les ambulanciers, la logistique, les activités de banque et d’assurance.

Le point sur la notion de salarié vulnérable, ou devant rester à domicile

declare.ameli.fr : pour faciliter les démarches des salariés vulnérables

Les salariés dits vulnérables présentent un risque de développer une forme sévère de la maladie Covid-19. À ce titre, ces salariés doivent être placés en arrêt de travail et rester impérativement à leur domicile. Cette procédure est désormais facilitée sur declare.ameli.fr, la plateforme de déclaration en ligne de maintien à domicile de l’Assurance Maladie. 

Même si cette plateforme doit permettre aux salariés candidats de ne pas solliciter leur médecin traitant pendant cette période de grande affluence dans les cabinets médicaux de ville, il est évident que les salariés concernés peuvent tout de même joindre leur médecin traitant par téléphone avant déclaration en ligne, s’ils ne sont pas certains de correspondre aux critères définis par l’Assurance Maladie.

De même, les salariés atteints d’une affection chronique non reconnue ou non déclarée et qui ont un doute sur leur possibilité de pouvoir travailler sans risque pour leur santé peuvent bien entendu appeler leur médecin traitant. Le médecin traitant pourra réaliser une consultation par téléphone et juger de la pertinence d’un arrêt de travail.

  • Si le médecin traitant n’est pas joignable ou en l’absence de médecin traitant, les salariés concernés peuvent joindre leur médecin du travail.

Attention ! Cette procédure de déclaration en ligne ne s’adresse pas aux personnels soignants, qui doivent contacter leur médecin du travail pour que leur situation de santé individuelle soit évaluée.

declare.ameli.fr : aussi pour les salariés sans possibilité de télétravail et contraints de rester à domicile, suite à la fermeture de l’établissement accueillant leur enfant.

Depuis le 3 mars dernier, ces salariés peuvent bénéficier d’un arrêt de travail, sur déclaration de l’employeur, via la plateforme « declare.ameli.fr »

Note : l’accès à la plateforme de déclaration en ligne se fait directement en tapant « declare.ameli.fr » dans la barre de recherche.

Questions réponses salariés /employeurs (mis à jour le 1er avril 2020) :

Je suis salarié :

>Quelles sont les précautions à prendre dans le cadre de mon travail ?
>Que dois-je faire si je ne dispose pas de solution de garde pour mon enfant de moins de 16 ans ?
>L’arrêt dont je bénéficie pour garder mes enfants du fait de la fermeture de leur école à la suite de l’épidémie, ouvre-t-il droit à congés payés ?
>Je suis travailleur indépendant ou exploitant agricole parent d’un enfant de moins de 16 ans concerné par une mesure de fermeture de son établissement scolaire, quelle démarche suivre ?
>Quels sont les droits à indemnisation du salarié au titre de ces arrêts de travail ?
>Que faire si mon employeur me demande de me déplacer ?
>Quelles mesures doivent être prises si je suis affecté à un poste de travail me mettant en contact avec le public ?
>Le respect des gestes barrière est compliqué dans le cadre de mon travail et je ne peux pas télétravailler. Que faire ?
>Je n’arrive pas garder mes enfants dont l’école et fermée et à être aussi productif au télétravail qu’en temps ordinaire. Que faire ?
>Quelles mesures doivent être prises si un de mes collègues est contaminé ?
>Mon employeur veut mettre fin à ma période d’essai en raison de la baisse de l’activité, que faire ?

Je suis employeur :

>Quelles sont les recommandations sanitaires pour les entreprises en France ?
>Que dois-je faire pour assurer la sécurité et la santé de mon personnel ?

>Comment mettre en œuvre le télétravail ?
>Quelles mesures prendre pour les salariés affectés à un poste de travail en contact avec le public ?
>Puis-je recourir à des masques dont la date de péremption est dépassée ?
>Peut-on travailler en usine malgré le confinement ?
>La responsabilité de l’employeur peut-elle être engagée ?

>Pourquoi et comment puis-je actualiser le document unique d’évaluation des risques (DUERP) ?
>Que faire si mon salarié présente des symptômes ?
>Quelles mesures prendre si un de mes salariés est contaminé ?
>L’entreprise doit-elle fermer s’il y a eu des cas confirmés ?
>Quel est le rôle du médecin du travail ?
>Quelles sont les règles générales relatives à l’exercice du droit de retrait ?
>Puis-je imposer la prise de congés ou de jours de réduction du temps de travail (JRTT) à mes salariés ? (réponse en préparation)
>Puis-je moduler les durées du travail pour répondre à une hausse d’activité ? (réponse en préparation)
>Que faire si un salarié de votre entreprise doit garder son enfant de moins de 16 ans concerné par une mesure de fermeture de son établissement scolaire ?
>Quel est le rôle du comité social et économique et dans quels cas dois-je l’informer/le consulter ?
>Comment puis-je adapter mon activité à la baisse (activité partielle, FNE formation) ?

Questions/réponses pour les employeurs et agents publics

>Comment organiser le travail des agents à distance ?
>Comment assure-t-on la continuité de services publics ?
>Quels agents participent aux plans de continuité de l’activité (PCA) ?
>Quel système de garde est mis en place pour les enfants du personnel soignant ?
>Quelles mesures doivent être respectées entre collègues lors d’un PCA en présentiel >Quelles mesures de précaution prendre à l’égard des agents assurant la continuité de l’activité et ayant un contact avec le public ?
>Quelles mesures prendre si un agent du service est contaminé ?
>Existe-t-il des missions incompatibles avec le droit de retrait ?

La vie dans l’entreprise à l’heure du confinement contre la pandémie Covid-19

Dans vos entreprises et suite aux recommandations qui vous ont été faites au cours des jours et des semaines précédentes, il résulte que, à ce stade, les salariés suivants ne doivent plus se trouver physiquement présents dans vos locaux :

  • Les salariés malades
  • Les salariés placés en télétravail ou en travail à domicile
  • Les salariés qui comptent au nombre des salariés vulnérables
  • Les salariés placés en chômage partiel
  • Les salariés qui doivent garder leurs enfants (avec attestation « sur l’honneur »). Ces salariés doivent recourir au télétravail.

Recommandations d’ordre général aux employeurs :

Dans vos entreprises, vous devez  prendre toutes les mesures individuelles, collectives et organisationnelles nécessaires pour vous protéger et protéger les collaborateurs dont la présence physique est nécessaire au sein de vos locaux :

> Mettez en œuvre le télétravail, chaque fois que possible.
>Tenez compte des recommandations de prévention émises par les autorités, relatives à votre secteur d’activité.
>Communiquez sur la conduite à tenir en entreprise (mesures barrière, règles de travail concernant le travail en groupe et les habitudes liées à la culture d’entreprise).
>Protégez les salariés vulnérables
>Facilitez l’application des mesures barrière.
>Évitez ou reportez les déplacements et les réunions non indispensables.
>Favorisez les réunions téléphoniques ou en visio-conférence. Lorsqu’une réunion ne peut être évitée ou reportée, prévoyez une salle de réunion suffisamment vaste pour que les participants puissent se tenir à plus d’un mètre les uns des autres.
>Enfin, si vous rencontrez des difficultés dans votre activité et devez envisager le travail à temps partiel pour une partie de vos salariés, consultez la rubrique Questions/Réponses employeurs du Ministère du Travail.

Rappel sur les gestes barrière et sur les mesures de distanciation

>Se laver les mains de préférence à l’eau et au savon, très régulièrement. À défaut, utiliser une solution hydro-alcoolique.
>Se tenir à au moins 1 mètre de son interlocuteur ou d’une autre personne dans les files d’attente (considérer que l’on peut être soi-même porteur sain et contaminer, comme on peut l’être par quelqu’un d’autre).
>Mettre de côté la culture d’entreprise à la française : se saluer autrement, ne plus « faire la bise »et ne plus « serrer la main ».
>Tousser ou éternuer dans son coude.
>Se désinfecter les mains après avoir éternué ou toussé.
>Utiliser uniquement des mouchoirs jetables en papier et les jeter dans une poubelle équipée d’un sac poubelle, voire d’un couvercle.

IPAL adapte les modalités de vos visites et reste à votre service

Retrouvez dans nos actualités, l’ensemble des mesures que nous avons prises dans nos centres de santé au travail.

La conduite à tenir résumée en vidéo : 

Limiter la circulation des personnes pour empêcher celle du virus

Depuis le 17 mars 2020, les déplacements sont désormais autorisés seulement à titre dérogatoire. Chaque déplacement doit être justifié et faire l’objet d’une attestation ou d’un justificatif.  Seul le document officiel  du Ministère de l’Intérieur ou une attestation sur l’honneur recopiée sur papier libre peuvent être utilisés comme justificatifs. Attention à vos données personnelles, n’utilisez pas de support numérique pour vos attestations.

Les infractions à cette règle sont sanctionnées d’une amende de 200 euros, depuis le 29 mars 2020 et de 450 euros, en cas de majoration.

Questions / réponses, en cas de doute sur les restrictions de déplacement.

Les rassemblements de personnes ne sont plus autorisés hors foyer et déconseillés dans le cadre familial, sauf exception.Les commerces non indispensables à la vie de la Nation sont fermés pendant cette période de confinement.

Liste des magasins fermés et liste des magasins autorisés à recevoir du public.

Ces mesures s’appliquent pendant 15 jours à compter du 17 mars 2020 et il est fort probable que cette période de confinement soit reconduite, afin que l’effort demandé aux français montre son efficacité.

J’ai des symptômes (toux, fièvre) qui me font penser au Covid-19

Le site maladiecoronavirus.fr, référencé par le ministère de la Santé, permet à tous ceux qui pensent être contaminés de faire un « test » anonyme et gratuit.

Conduite à tenir :

> Je reste à domicile, j’évite les contacts, j’appelle un médecin avant de me rendre à son cabinet ou j’appelle le numéro de permanence de soins de ma région. Je peux également bénéficier d’une téléconsultation.
>Si les symptômes s’aggravent, que j’ai des difficultés respiratoires et des signes d’étouffement, j’appelle immédiatement le SAMU- Centre 15.

Si vous avez de la fièvre, ne prenez pas de médicaments anti-inflammatoires (exemple : ibuprofène). Les données scientifiques montrent que la prise d’ibuprofène est associée à des formes graves de Covid-19. Prenez du paracétamol en respectant les posologies, ou contactez votre médecin traitant.

Porter un masque chirurgical, ou ne pas en porter ?

Concernant le port de masques, le discours évolue.

Les masques FFP2 sont prioritairement réservés aux personnels de santé au contact de personnes malades. Les entreprises en activité, dont les salariés portent des masques FFP2 pour se protéger d’agents pathogènes doivent continuer à les utiliser.

Étant donné le mode de transmission de la maladie Covid-19 (contacts rapprochés à moins d’1 mètre, toux, postillons, éternuements, et transmission par les mains), le confinement et l’application scrupuleuse des gestes barrière constitue le moyen le plus efficace de s’en prémunir à l’heure actuelle.

Salariés et employeurs : « vous n’êtes pas malade, mais vous vous posez des questions à propos du Covid-19 »

Données générales sur le virus

Symptômes : La fièvre, la fatigue intense et la toux sont les premiers symptômes évocateurs d’une infection à coronavirus, mais des atteintes plus sévères peuvent être observées chez certaines personnes.
Transmission : La transmission interhumaine est avérée et se ferait par l’inhalation de gouttelettes infectieuses provenant d’éternuements ou de toux d’un patient lors de contacts étroits avec ce dernier, mais également par contact avec des surfaces fraîchement contaminées par ces secrétions.
Incubation : Le délai d’incubation, période entre la contamination et l’apparition des premiers symptômes, du Coronavirus COVID-19 est de 14 jours.
Contagiosité : La maladie se transmet par les postillons (éternuements, toux). On considère donc qu’un contact étroit avec une personne malade est nécessaire pour transmettre la maladie : même lieu de vie, contact direct à moins d’un mètre lors d’une toux, d’un éternuement ou une discussion en l’absence de mesures de protection.

Voir : Qu’est-ce que le Covid-19

Chiffres clés au 5 avril 2020

En France :

> 70 478 cas confirmés (+ 1873 en 24h)
> 22 361 cas en établissement médicaux et médico-sociaux
> 51 557 personnes hospitalisées
> 6 978 personnes hospitalisées en service de réanimation
> 8 078 décès depuis le 1er mars
> 16 183 personnes retournées à domicile après hospitalisation, depuis le 1er mars

Dans le monde et en Europe :

> 1 174 752 cas confirmés de COVID-19 depuis le 31.12.2019, dont 555 809 en Europe.
> 64 400 décès depuis le 31.12.2019, dont 44 955 en Europe.

Epidémiologie : Point quotidien sur l’évolution de la situation, consultable sur le site de Santé Publique France


Nos sources :

Gouvernement
Santé Publique France
Ministère du Travail
Ministère des Solidarités et de la Santé
Portail de la Fonction publique


Retour haut de page